Lifestyle, Minimalisme

La nomade prend racine ou le début d’une aventure jardinière

C’était un samedi comme tous les autres. J’étais dans le train pour une banlieue de Barcelone où habite une amie à moi. Je regardais par la fenêtre, voyant sous mes yeux défiler des rangées d’immeubles, puis des terrains vagues, et enfin… des potagers communautaires. Mon sang ne fit qu’un tour. Et je me voyais déjà, en marge de la société, en train de cultiver mes légumes. Ô suprême autarcie ! Je suis arrivée chez mon amie et je lui ai dit : ce serait trop génial d’avoir un potager.

Deux semaines plus tard, je signais le bail de ma parcelle de 30m2. J’avais la pêche et une sacrée banane ! Ma surface de terre rien qu’à moi ! Décision hâtive ?  Vous me connaissez, je ne suis pas du genre à tergiverser trop longtemps. La vie est courte et il n’y pas de temps pour faire le poireau. En mars, j’ai donc enfilé ma tenue de guerrière, t-shirt, vieux jean et chapeau de jardinier pour m’attaquer à mon nouveau projet. Dès les premiers instants, je me suis sentie… détendue. Alors que je construisais mes treillis pour mes plants de tomates, le temps semblait s’arrêter autour de moi. je n’éprouvais plus le besoin de regarder mon téléphone (en même temps, il était recouvert par une épaisse couche de terre). Pendant trois heures, j’ai retourné la terre, enfoncé des tiges de bambous et tracé des circuits. Les mains dans le cambouis, tous mes soucis du quotidien me paraissaient lointains et sans importance.

Pourquoi cette révélation ? Depuis que j’ai découvert le minimalisme il y a plusieurs mois, j’ai fait le tri dans ma maison et ma tête. Je me suis débarrassée d’un nombre incalculable de choses, de livres, de babioles, de cadeaux indésirables, de vêtements et de vieux souvenirs. J’ai donné presque la totalité de mes livres et me suis fait offrir une liseuse pour mon anniversaire. Voyager léger, à tous les niveaux ! Seul hic ? Difficile de profiter de son temps libre sans consommer. Après huit mois de cours de poterie (et le constat que je n’avais pas beaucoup de talent), j’étais à la recherche d’un projet qui allait mieux se concilier avec ma remise en question. Quoi de mieux qu’un potager ? 

Parfois la vie urbaine me fatigue. Trop de bruits, trop de gens…. Et pourtant, je ne me vois pas (encore) vivre dans la cambrousse. Le potager, c’est un compromis parfait. J’ai un bout de terre où je peux planter (presque) tout ce que je veux sans trop me prendre le chou. Je passe mon temps à l’air libre (en plein cagnard) et je mets en pause un peu ma vie parfois trop agitée et stressante. Le potager communautaire est situé à Cornellà de Llobregat, une parcelle de 30m2 coûte 35€, une parcelle de 60m2 50 €. N’ayant jamais eu mon propre jardin, j’ai opté sagement pour la première option. Dans l’intention de bientôt en avoir 100 m2 ! Dans la vie, il faut voir grand, il faut rêver !

Ma chienne Winnie adore sauter sur les plantes de mes voisins et je me garde bien de la détacher quand ils sont dans les alentours. D’ailleurs, je me suis déjà fait des copains de parcelle. Tous les samedis, une bande de grands malabars un peu rustres viennent travailler leurs parcelles, puis petit-déjeuner sur l’une des tables de l’aire commune. Ils amènent du vin, du pain, du fromage, du saucisson et des tomates. L’un d’eux s’est amouraché de Winnie et lui donne des petits morceaux de fromage en douce. Moi, j’ai eu droit à plein de tartines délicieuses !

Sur le blog, je partagerai avec vous le développement de mon projet – non pas au niveau pratique (pour ça, il y a de vrais jardiniers), mais plutôt pour partager avec vous ce que m’apporte cette nouvelle aventure. Et j’ai hâte de voir comment le travail de la terre va impacter mon mental. D’ailleurs, le monsieur qui me loue ma parcelle m’a dit la chose suivante : « Ne vois pas ce potager comme une manière de ne plus acheter tes légumes au supermarché. Vois-le comme un projet spirituel qui t’apportera bien plus qu’une récolte physique. En donnant à la terre, celle-ci te rendra la pareille et tu seras heureuse ». « Il faut cultiver son jardin », écrivait Voltaire dans Candide ou l’optimisme. Il avait bien raison !

Alors, à vos râteaux, prêts, partez ! L’aventure de la nomade jardinière commence maintenant !

Photos ©Vera Lair

Previous Post Next Post

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply Stefanie 10 avril 2019 at 22 h 35 min

    So schön, dass du jetzt auch einen Garten hast! Wir fliegen Ende April ENDLICH wieder zurück nach Frankreich und ich kann es kaum erwarten auch endlich zu gärtnern! Ich freue mich für dich und deinen Hund (und die neu gefundenen Garten- und Gärtnerfreu(n)de(n). Mach weiter so!

  • Reply Lison Couturie 11 avril 2019 at 11 h 11 min

    Quelle belle idée ! Je lirai les prochains articles avec plaisir.

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.