Vie de Freelance

Ce que je n’ai pas osé vous dire

Je ne suis plus freelance à temps plein depuis plus d’un an maintenant. Voilà, c’est dit !

Suite à l’arrêt de mes principales missions pour cause de restrictions budgétaires, je ne pouvais plus payer mes factures, j’arrivais à peine à garder la tête hors de l’eau. J’étais angoissée, dormais mal et ne savais plus que faire. La prospection ne donnait rien et il fallait bien que j’assure le loyer, les abonnements divers, les courses au supermarché. Alors j’ai postulé auprès d’entreprises proposant des… CDI.

Un contrat à durée indéterminée. Pendant mes années freelances, j’avais commencé à mépriser cette manière de travailler, et peut-être en suis-je toujours au même point. Je n’aime pas l’idée de faire chaque jour la même chose. Pourtant aujourd’hui, je suis soulagée d’avoir un revenu fixe et la possibilité de planifier mes vacances, mes activités, mes weekends…

Plus d’un an… et que de choses ont changé. J’ai emménagé avec ma meilleure amie (Vera Lair qui fait toujours de si jolies photos de moi !), j’ai adopté un chien (Winnie, un caniche toy adorable), j’ai accepté un travail en tant qu’assistante médicale quadrilingue dans une clinique privée à Barcelone et j’ai finalement sauté le pas de la rhinoplastie suite à mon accident il y a  quatre ans.

Si je n’ai pas osé toucher au blog, c’est parce que j’avais l’impression que le retour au CDI était échec. La nomade se pose, la nomade vend son âme au diable… la nomade quoi ? La nomade aussi connait les insécurités, les soucis financiers, les envies de stabilité. Alors, j’ai fait ce qui m’a semblé adéquat, j’ai signé ce contrat et me voilà donc employée avec une hiérarchie, des ordres à exécuter et des tâches quotidiennes répétitives. Autant vous dire que j’ai pris une énorme claque. Se lever chaque jour à la même heure, prendre le métro, dire oui aux chefs sans moufter. Ce n’était pas mon monde, j’avais désappris le salariat !

Pendant mes trois mois de formation, j’ai dû pleurer un soir sur deux. J’y allais en trainant des pieds, j’étais malheureuse comme les pierres. Mais j’avais décidé d’en faire un challenge, d’affronter ce défi et de le voir comme une opportunité pour améliorer mon espagnol et découvrir le milieu médical. Chaque jour je me disais : « Je vais craquer. Je vais péter un plomb. Je ne peux pas y aller. » Et pourtant, chaque jour je me levais et j’y allais. J’ai mis un an à accepter la situation telle qu’elle était en continuant à faire des missions de freelance. Parfois, je me lève plus tôt pour faire une traduction avant d’aller à la clinique. Ce n’est pas toujours simple, mais c’est mon seul moyen de ne pas perdre de vue ce que j’aime réellement faire.

Alors me voilà habillée d’un uniforme, à gérer des patients venus du monde entier pour se faire soigner à Barcelone. Cette claque que je me suis prise m’a appris à être humble, à ne plus mépriser toutes ces personnes qui chaque jours ont fait le choix d’aller travailler dans un bureau, et pire encore, dans l’administration ! J’ai toujours détesté l’administration et me voilà en train de gérer des dossiers médicaux. C’est finalement la première fois de ma vie que je fais un travail alimentaire – et sans aucun rapport avec mes passions.

Je pourrais le voir comme un échec, ou comme une bénédiction – un petit rappel à l’ordre qui me dirait : « Hey, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Parfois, tu es au bord de la noyade, puis tu arrives à t’accrocher à un rocher. Mais le rocher n’est là que pour t’aide. A toi de te sortir maintenant de l’eau. »

C’est ce que je fais. J’essaie de voir le bon côté des choses, de ne pas voir les aléas de la vie comme des échecs. Car ce ne sont pas des échecs, mais bien des épreuves. A nous de les surmonter la tête haute !

Du coup, ce blog ne sera plus vraiment un blog sur la vie de freelance, mais peut-être un lieu de rencontre virtuel pour les gens qui, comme moi, se cherchent professionnellement et personnellement. Bon, et bien sûr, un endroit pour partager avec vous des photos de mon chiot qui a réellement changé ma vie !

J’espère avoir de vos nouvelles ! Que faites-vous ? Comment allez-vous, mes chers lecteurs ?

 

Previous Post

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply Carole 13 janvier 2019 at 18 h 48 min

    Bonsoir,
    Je suis très contente de te relire après cette longue absence.
    La vie nous enseigne tous à un moment ou un autre …..
    Peu importe si ton blog ne traite plus de ka vie de freelance, l ‘essentiel et que tu ailles bien er que tu avances de façon positive.
    Bonne soirée
    Cordialement
    Carole

  • Reply L@ure 13 janvier 2019 at 19 h 25 min

    Tu n’as pas à avoir honte ou à considérer cela comme un échec. Mais plutôt comme une nouvelle étape…
    Je suis freelance depuis 3 ans et même si l’idee de retourner en CDI ne m’échante pas, je ferai le même choix que toi si demain je devais le faire.
    Vivre de ses passions c’est certain c’est le pied mais parfois c’est compliqué et il faut bien payer ses factures et pouvoir vivre l’esprit tranquille…
    Et qui sait peut-être que dans 1 an tu seras à nouveau à ton compte 😉

  • Reply Aurore 13 janvier 2019 at 20 h 14 min

    Déjà très heureuse d’avoir de tes nouvelles ! Je comprends totalement ta situation et je t’avoue que face à des freelances qui y arrivent parfaitement, cela me soulage aussi de voir d’autres parcours. Cela fait deux ans que je suis en Freelance et en juillet prochain, j’ai décidé de redevenir salarié. Donc tu vois, tu n’es pas la seule !

  • Reply Hourlier 13 janvier 2019 at 21 h 28 min

    Et bien, je trouve ton article très positif ! De la colocation avec une amie, un chien et du recul par rapport à tes emplois, ça prouve que tu sais prendre soin de toi, même si parfois, c’est vrai, il faut faire certains compromis avec soi 😉

    PS: Ça te va super bien les cheveux longs !

  • Reply Hourlier 13 janvier 2019 at 21 h 31 min

    Et bien je trouve cet article super positif !

    Colocation avec une amie, un chien, et du recul par rapport à ta situation professionnelle…ça prouve que tu sais prendre soin de toi même si parfois, c’est vrai, il faut faire certains compromis avec soi 😉

    PS: Ça te va super bien les cheveux longs !

  • Reply Stefanie 14 janvier 2019 at 1 h 53 min

    Hallo Anissa,
    es ist so schön mal wieder von dir zu lesen und du solltest stolz auf dich sein, dass du dein Leben in die Hand genommen hast und es jetzt auch so stolz verkündest 😀 (natürlich finde ich es etwas schade, dass unseren Freelance-Status erstmal ein wenig auf Eis gelegt hast, aber du machst schon das Richtige).
    Ich bin vor kurzem auf dem Blog von Madame Moneypenny gestoßen und wollte ihn dir ans Herz legen, da er mir sehr geholfen hat, meine Finanzen besser zu strukturieren und mein Mindset um Geld herum einfach zu verbessern. Viel Erfolg bei deinem neuen alten Job!
    Viele Grüße aus Haiti,
    Stefanie

  • Reply Céline 15 janvier 2019 at 9 h 46 min

    Coucou Anissa,
    Freelance ou pas, le bonheur réside dans l’équilibre que l’on veut bien se donner et pour le moment tu sembles avoir trouvé le tien. Personne ne sait de quoi sera fait demain et peut-être tu trouveras un autre équilibre qui te permettra de refaire un métier passion ou bien tu trouveras ton épanouissement dans tes loisirs personnels et ton temps libre.
    En tout cas freelance ou pas, j’aime te lire et ton statut professionnel ne définit pas qui tu es !
    Bises et à bientôt je l’espère pour de nouveaux articles.
    Céline.

  • Reply Delphine 15 janvier 2019 at 15 h 26 min

    Je comprends la sensation d’échec, mais cette situation n’est pas un échec. Ce n’est qu’une étape de plus dans ta vie.
    Depuis que j’ai déménagé à Berlin et que je suis à mon compte, je me rends bien compte que c’est difficile de vivre de sa passion et que prendre un travail alimentaire à plein temps ou à côté, ce n’est pas une honte, bien au contraire. Tout le monde galère, tout le monde fait ce qu’il peut pour survivre.
    L’être humain a besoin d’une certaine sécurité, d’avoir ses besoins vitaux assurés (avoir un toit au-dessus de la tête, de quoi se nourrir) et si ça veut dire avoir un emploi salarié, ben ça veut dire avoir un emploi salarié. On accorde trop d’importance au travail, on pense que c’est ce qui définit les gens. L’une des premières questions que l’on pose à quelqu’un que l’on vient de rencontrer c’est « tu fais quoi dans la vie? ». Alors que le travail n’est qu’un moyen d’avoir une vie heureuse, mais ce n’est pas tout.
    Avoir un chien ça rend heureux aussi 🙂
    J’espère que tu vas revenir ici car je t’ai découverte en différé, après qui tu aies mis ce blog un peu de côté, et j’aimerais pouvoir te lire. Découvrir cette nouvelle façon d’être nomade en restant au même endroit 🙂

  • Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.