Vie de Freelance

Papillon de nuit

L’écriture est une passion capricieuse. Il m’est arrivé de ne pas écrire une ligne pendant plus de six mois. Et puis un jour, ça revient soudainement. Je me jette sur le clavier et je tape comme une frénétique. En ce moment, je suis un véritable papillon de nuit. Les idées pour mes articles me viennent après 22 heures. Peut-être aussi parce que c’est le moment où ça se calme à la maison. J’enfile mon pyjama à chats, je me prépare un thé noir (de préférence l’Earl Grey au Jasmin de Twinings) et je m’installe devant l’ordinateur.

Comme je le disais dans un billet sur l’inspiration, il m’est difficile, voire impossible de forcer l’écriture. C’est pour cette raison d’ailleurs que je ne publie pas régulièrement d’articles. Pour le moment je résiste encore à ce genre de contraintes du web ! Référencement, mots clefs… Ce sont des notions qui font déjà partie de mon quotidien de rédactrice freelance. Le blog, c’est avant tout un plaisir, une passion ! Pour tout vous dire, je ne me sers même pas de mon plug-in de référencement. Pourquoi ? Parce que ça me gonfle, voilà tout !

Je ne veux pas que l’écriture sur ce blog devienne un jour une contrainte. Car, ne nous leurrons pas, le jour où cela sera le cas, vous, lecteurs, n’aurez plus envie de me lire. Il faut donc que ce blog reste avant tout un lieu d’échange et de plaisir. Ce soir, j’ai très envie d’écrire. J’attaque mon deuxième mug de thé, Othello s’est allongé sur mon plaid en fourrure, ces yeux couleur miel à moitié clos.  Par moment, j’ai l’impression que le bruit des doigts qui pianotent sur le clavier le rassurent et le bercent. Depuis que nous vivons dans la maison de mon oncle, il est plus épanoui. Lui comme moi en avions marre de vivre collés-serrés dans un trop petit espace. Aujourd’hui, nous respirons. De l’espace, de l’air !

Le temps comme l’espace sont des choses impalpables et pourtant si précieuses. J’ai vécu pendant 7 ans dans des espaces trop petits. Aujourd’hui, le simple fait de devoir faire cinq pas de la porte de ma chambre jusqu’à mon lit me réjouit. Et puis mon nouveau projet nécessite un peu de place… mais il est trop tôt pour vous en parler. Il faudra patienter encore quelques semaines ! Allez, ce soir je n’ai pas envie de m’étaler. J’ai de la lecture à rattraper !

Bonne nuit, mes petits papillons de nuit.

PS : Cet article me rappelle la chanson « Les Papillons » de Thomas Fersen, une belle pépite musicale.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Relax Isa 24 novembre 2014 at 22 h 59 min

    Excellent article, inspirant et innovant .
    Des bisous !

  • Reply Margarida 25 novembre 2014 at 8 h 38 min

    En effet, je n’aime pas non plus me forcer à écrire. Depuis le temps que je blogue, je n’ai jamais eu un calendrier de publications… même programmer des billets j’ai du mal parce que moi j’ouvre le CMS et je me mets à écrire au gré de l’inspiration du moment. Et je trouve que je devrais me forcer bien de trop pour faire autrement -et donc, ce ne serait pas bien 🙂

    Bisous

  • Reply Oh et Puis 25 novembre 2014 at 10 h 31 min

    Je fais le chemin inverse, je me suis imposée une hyper régularité dans mes posts pour me tenir hors de l’eau quand j’étais au chomage mais aussi pour donner une chance au blog et franchement les résultats ne sont pas à la hauteur puis depuis quelques semaines, je publie quand j’ai le temps et surtout quand j’ai vraiment quelque chose à raconter et j’y prend bien plus de plaisir !

  • Reply Contes Graphiques 26 novembre 2014 at 19 h 27 min

    Et oui, sans être un vrai papillon de nuit car je préfère le matin au crépuscule, j’espère que l’écriture reviendra, mais je n’en doute pas, une fois que tout sera posé à plat. Merci pour ces instants.

  • Leave a Reply